Projet ESC en seconde professionnelle

En classe de seconde professionnelle, les élèves doivent monter de toutes pièces un projet culturel : écriture, mise en voix ou en scène et le présenter à un public. Les jeunes de SP1 ont donc travaillé cette année sur la Fable, ce poème qui échappe à la censure et permet de dénoncer les travers de notre société... Témoignage d'une élève

Le projet ESC a commencé le 5 novembre 2018 avec une recherche sur le genre de la fable, puis on a choisi le style de Jean de la Fontaine pour un projet qui sera mis en scène. C’est un travail fait en binôme ou autonome qui est de créer 2 ou 3 fables à la manière de La Fontaine. 

La Fable écrite à la manière de Jean de la Fontaine est un poème écrit, assez court, en prose ou en vers. Ce poème possède une morale et illustre un enseignement, met en scène des animaux qui ont une double nature, animale et humaine : ils se comportent comme des humains (ils parlent et vivent comme des hommes) mais gardent les caractéristiques animales. 

Pour la création du projet à l’écrit, je commence d’abord par penser à la réalité de notre société pour choisir des morales que je veux transmettre aux lecteurs. Puis je prends 1h pour écrire le corps du texte, le compléter et l’illustrer avec une image qui corresponde à mon texte. Quand tout est prêt, je me lance dans la mise en voix avec une intonation et un rythme, je prends 15 minutes de temps en temps pour faire une répétition à la maison et aussi on a fait quelquefois des répétitions dans la classe. Dans la classe, on se met debout devant tout le monde et on lit nos fables pour s’habituer à les présenter au public. 

La répétition générale s’est faite à l’amphithéâtre : on monte sur scène devant un public et avec un micro pour voir comment on est sur scène et comment porte notre voix au micro.

La lecture sur scène de nos fables s’est faite le jeudi 5 avril après-midi.

Pour moi, quand je suis sur scène, je sens que je rougis de peur et je suis soucieuse à cause de mes fables qui touchent trop directement au public et je ne voudrais pas du tout les présenter. 

Globalement, je trouve que ce projet nous a apporté beaucoup d’expériences :

savoir faire une fable, penser plus profondément à la vie de notre société, travailler la manière de parler : la communication orale est très importante,

se présenter devant un public.

Je suis contente d’avoir participé à ce projet car je trouve que finalement à travers les fables, j’ai osé parler de ce que j’ai vu et de ce que je pense de la société dans laquelle je vis. En plus, grâce à ce projet, j’ai eu l’occasion aussi de penser à la société et aux jeunes générations dans mon pays donc j’ai traduit mes fables en vietnamien et je les ai envoyées dans un bureau de rédaction au Vietnam pour parler aux jeunes générations vietnamiennes à travers mes fables publiées dans les journaux.

PHAM THU Ha, élève de seconde professionnelle SAPAT